Fantine 2.0

Publié le 31 Octobre 2014

Fantine  2.0

On parle beaucoup de l'interdiction de la prostitution et la pénalisation des clients, alors j'ai voulu aller plus loin et comprendre, les conséquences de ces projets de loi.

 

J'ai tapé dans google "escort". Je ne pensais pas trouver autant de sites en si peu de temps. Un vrai manuel. Escort le mot politiquement correct pour "p..."., mais la situation est la même, on vend ses charmes.

 

Le Premier "Vivastreet".

Je décide de déposer une annonce, assez courte "on joue ensemble?" .

A ma grande surprise, pour pouvoir tarifer mes rencontres, il faut que je paye 89,00 euros par mois au site.On peut légitimement se poser la question : les responsables du site peuvent-ils être accusés de proxénétisme ?

Je reçois des tonnes et des tonnes de messages. les hommes qui me répondent sont tous (à les lire), beaux, musclés, intelligents... Tous me tutoient dans leurs réponses. comme si le fait d'être vénale, n'inspirait aucun respect.

 

Le deuxième "Domicile travail"

 

On trouve de tout, du travail de secrétariat, de couture, et une rubrique "escort, compagnie".

Le principe est simple, on dépose une annonce avec son adresse mail et on attend.

Le ton est plus respectueux.

Beaucoup d'hommes de 45/50 ans cherchent de jeunes étudiantes à entretenir en échange de services coquins.

 

Enfin,je découvre un site gratuit "Wannonce".

 

Il y a un système de tchat. Et j'ai découvert le pire du pire.

Des hommes négocient les prix, insultent, demandent des parties à plusieurs avec un "prix de gros".

Ils envoient des photos de leurs membres, trouvent normal de m'insulter.

Je décide d'aller au bout avec l'un d'eux en prenant un RDV.

Je m'y rends en pleine journée, et la personne n'est jamais venue.

Quel est le concept de donner un rendez vous et de ne jamais venir ? Je ne le saurai  jamais.

 

J'ai été contactée par des agences, qui bien sûr ne veulent parler qu'au téléphone. Ils me trouvent des RDV mais prennent 40 % sur tout ce que je peux gagner.

Agences basées en Suisse.

 

Un compte de femme me contacte sur le chat me demandant de passer par son copain pour trouver des RDV.

Je rentre en contact par mail avec lui, il prend 30 %.

Notons que cette personne est un acteur de la vie politique... Comme quoi l'exploitation des femmes, n'a pas de limite.

 

La prostitution s'est donc déplacée sur le net, mais le danger pour les femmes est bien présent.

Comment savoir que la personne qui vous envoie une photo est bien celle que vous allez rencontrer, comment savoir que cette personne n'est pas un violeur en série, qu'elle sera seule au RDV ?

 

Les hôtels, les sites qui ferment les yeux, sont-ils responsables de cette exploitation ? La question se pose.

 

Ce que j'ai pu constater c'est que beaucoup de jeunes filles sont sur ces sites. Des femmes de 35/45 ans qui ont un travail également.

 

Est ce qu'en 2014, dans notre pays (5ème puissance mondiale) , la seule manière de s'en sortir, est de s'oublier et de vendre son corps ?

 

Il n'y a donc plus d'autre alternative? Même lorsque l'on travaille ?

 

Les politiques devraient prendre ce problème en compte, non seulement par respect pour les femmes mais surtout pour tout l'argent cash que cette économie génère.

Fantine  2.0

Rédigé par Salomé Rainbow

Repost 0
Commenter cet article